Club Européen des Diététiciens de l'Enfance

Recherche

Semaine mondiale de l'allaitement maternel - 1 au 7 août 2017

Recherche / 2017-08-05

« Nous pouvons tous faire en sorte que la société soit adaptée à l’allaitement maternel ».
Venez découvrir les affiches réalisées par l’OMS à l'occasion de la semaine mondiale de l'allaitement maternel, de même que leurs précieux avis scientifiques.

http://www.who.int/mediacentre/events/2017/world-breastfeeding-week/fr/

[ Voir en détails ]

veille scientifique juin - juillet 2017

Recherche / 2017-06-21

Veille scientifique été 2017


1. The European Society for Paediatric Gastroenterology Hepatology and Nutrition

Une mise au point, par l’ESPGHAN, des recommandations concernant la diversification alimentaire. La société de pédiatrie européenne souligne la nécessité d’un accompagnement médical ou diététique lorsque les enfants sont soumis à  un régime végétarien.

Complementary Feeding: A Position Paper by the ESPGHAN Nutrition Committee.

 

2. European Food Safety Authority

L’EFSA  publie un avis sur les préparations de suite à teneur basse en protéines (1,6g/100 kcal) issues de lait de vache et de chèvre, d’isolats de protéines de  soja et d’hydrolysat de protéines.  La législation de l’UE, actuellement en vigueur, fixe la teneur minimale en protéines à 1,8 g/100 kcal. Les conclusions de l’étude diffèrent selon la source protéique.

 

3. Union Européenne et restauration scolaire                                                       

La Commission Européenne et Malte (qui a actuellement la présidence du Conseil de l’Union européenne) fournissent, dans un rapport, des conseils techniques sur les marchés publics des aliments sains en milieu scolaire.  Ce rapport, qui vise à soutenir les pays dans leurs efforts  à fournir une alimentation saine à l’école, découle d’une volonté politique d’arrêter l’incidence de l’obésité infantile en Europe.  

 4.Ministère des affaires sociales et de la sante en France

Le Journal Officiel de la République Française publie 2 textes visant à prévenir les troubles du comportement alimentaire et en particulier l'anorexie, notamment chez les jeunes. Ils cadrent les domaines publicitaire et du mannequinat.

5. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

 

L’ANSES met à disposition des mères une plaquette sur l’alimentation du nourrisson. Elle propose notamment des conseils en matière d’hygiène et de  choix alimentaire.

6. Institut national de la santé et de la recherche médicale

L’Inserm a été sollicité fin 2013, par Santé Publique France, pour réaliser une expertise collective sur les comportements nutritionnels. L’objectif était de disposer d’un bilan des connaissances scientifiques et d’analyser l’impact de messages sanitaires diffusés par les médias de masse sur les cognitions, attitudes, intentions et comportements nutritionnels.

7. The Vegan Society

Mise en garde de The Vegan Society sur un défaut de vitamine B12 dû à une alimentation végétalienne. Cette carence peut entrainer des dommages neurologiques irréversibles chez le jeune.

8. Nouvelles recommandations suisses pour l’alimentation de 1 à 3 ans

Recommandations pour l'alimentation des enfants âgés de 1 à 3 ans (2017).
Société Suisse de Pédiatrie — swiss-paediatrics.org, 08/06/2017
 

[ Voir en détails ]

veille scientifique février - mars 2017

Recherche / 2017-04-10

Veille scientifique février-mars 2017


2. Légifrance

Loi du 20 décembre 2016 relative à la suppression de la publicité commerciale dans les programmes de jeunesse de la télévision publique

3. Interdiction de la mise à disposition de boissons à volonté, avec ajout de sucres ou d’édulcorants

L’article 16 de la Loi n°2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé pose le principe de l’interdiction de la mise à disposition de boissons à volonté, gratuites ou pour un prix forfaitaire, avec ajout de sucres ou d’édulcorants de synthèse, notamment à destination des mineurs. Pour aider les professionnels, un questions-réponses sur le champ d’application de la mesure a été élaboré.

4. L’Institut national de la recherche agronomique (INRA)

En mesurant, par des méthodes expérimentales, les choix alimentaires des mères et de leurs enfants, les chercheurs définissent des typologies de comportements. Ces études peuvent éclairer les politiques publiques sur la nutrition

 

5. Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses)

 L’Anses  actualise les repères de consommations alimentaires pour la population française adulte.

 Ce travail, qui sert de base au PNNS, cible  les principaux groupes d’aliments, en adéquation avecles besoins nutritionnels de la population adulte, tout en intégrant, pour la première fois, les enjeux associés à la présence de certains contaminants chimiques dans l’alimentation. 

6. Plan National Nutrition Santé (PNNS)

Depuis novembre 2016, mangerbouger.fr propose un questionnaire en ligne (le Gpaq de l’OMS) permettant d’évaluer son niveau d’activité physique. L’espace Bouger Plus intègre également les nouvelles recommandations d’activité physique et les illustre par des séries d’exercices pour travailler la souplesse, le renforcement musculaire, la mobilité articulaire et l’équilibre. Il  aborde aussi un volet de conseils pour les enfants et les adolescents

7. Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees)

Selon l’enquête nationale de santé réalisée auprès des élèves de CM2 au cours de l’année scolaire 2014-2015, 18 % des enfants sont en surcharge pondérale et près de 4 % sont obèses. Ces chiffres confirment la stabilisation observée depuis 2002.

[ Voir en détails ]

Veille scientifique septembre 2016

Recherche / 2016-09-26

1. OMS

Un rapport vient d’être publié sur les pratiques de commercialisation des laits infantiles. En 2011, 37 pays avaient une loi reprenant les dispositions du code de commercialisation des substituts au lait maternel, ils sont 39 en 2015. Les pays européens ne sont que 6% à avoir une législation, ce sont en effet les pays les plus riches qui applique le moins le code.

 

2. Legifrance: « Arrêté du 9 mai 2016 portant application de la loi no 2013-453 du 3 juin 2013 visant à garantir la qualité de l’offre alimentaire en outre-mer »

" La teneur en sucres ajoutés des denrées alimentaires de consommation courante appartenant aux familles précisées ci-dessous, distribuées au consommateur final mais non distribuées par les mêmes enseignes en France hexagonale, ne peut pas être supérieure à la teneur en sucres ajoutés la plus élevée constatée dans les denrées alimentaires assimilables de la même famille les plus distribuées en France hexagonale ". Les familles d’aliments concernés sont les boissons rafraîchissantes sans alcool, les produits laitiers et assimilés, les biscuits et gâteaux, les glaces et sorbets, les céréales du petit-déjeuner, les barres céréalières et les chocolats et barres chocolatées.

 

3. Inserm

L'INSERM a mis un dossier en ligne sur la listériose

 

4. Gluten Introduction and the Risk of Coeliac Disease: A Position Paper by the European Society for Pediatric Gastroenterology, Hepatology, and Nutrition

H Szajewska, R Shamir, L Mearin… - Journal of pediatric …, 2016 - journals.lww.com

Nouvelle recommandation de l’ESPGHAN cc l’introduction du Gluten

 


[ Voir en détails ]

Approche bio-psycho-sensorielle de l’obésité de l’enfant - Formation continue 2016

Recherche / 2016-06-30

Claire Philippart Psychologue, Psychothérapeute et Caroline Haube, Diététicienne pédiatrique exercant toutes deux au CHU Ambroise Paré à Mons, Belgique nous ont initiés à « l’Approche bio-psycho-sensorielle de l’obésité de l’enfant ».  Cette approche de la prise en charge de l’obésité  n’est pas nouvelle, chez l’adulte. Elle est proposée depuis de nombreuses années par le Groupe de Réflexions sur l’Obésité et le Surpoids (GROS).

Tout au long de la conférence, les deux oratrices nous ont interpellées sur notre manière d’aborder la prise en charge des enfants en surcharge pondérale. Les schémas alimentaires standardisés et même individualisés devaient laisser leur place à une approche tridimensionnelle autour de de la gestion des émotions, l’acceptation de soi et le traitement de la restriction cognitive.

[ Voir en détails ]