Club Européen des Diététiciens de l'Enfance

Recherche

Veille scientifique mai 2016

Recherche / 2016-05-20

1. La commission de l’OMS pour mettre fin à l’obésité infantile

Elle a rédigé un rapport qui propose des recommandations  à l’attention des gouvernements afin de réduire les problèmes de surpoids chez les enfants de moins de 5 ans. Six axes sont ciblés : favoriser la consommation d’aliments sains, favoriser l’activité physique, les soins avant et pendant la grossesse, l’alimentation et l’activité physique pendant la petite enfance, santé-nutrition-activité physique chez les enfants d’âge scolaire et la gestion du poids.

Ce rapport développe également des mesures à prendre par d’autres intervenants tels que les ONG et le secteur privé (agro-alimentaire).

 

2. Nouvelles recommandations nutritionnelles américaines publiées par les ministères de l’Agriculture et de la Santé américains. Dans cette huitième édition, les directives se concentrent davantage sur le régime alimentaire dans son ensemble plutôt que sur les nutriments. Des recommandations pour les adultes et par groupe d’âge pour les enfants.

 

3. Actualisation des repères du PNNS et révision des repères relatifs à l’activité physique et à la sédentarité - ANSES

Elles concernent les enfants comme les adultes,  les femmes enceintes et les personnes âgées.

 

4. « Lait et fruits dans les écoles: les députés veulent un enseignement en faveur d'habitudes alimentaires plus saines » - Parlement européen

« Les enfants devraient bientôt bénéficier de régimes scolaires européens mieux financés en faveur du lait, de fruits et légumes et d'un meilleur enseignement sur une alimentation saine. Une nouvelle législation, provisoirement conclue avec les ministres de l'UE en décembre 2015 et adoptée par le Parlement mardi, fusionne les programmes européens de lait et de fruits à l'école aujourd'hui distincts et augmente leur budget annuel combiné de 20 millions d'euros pour atteindre 250 millions d'euros. »

 

5. Dossier sur le diabète gestationnel - L’institut de veille sanitaire français

Objectifs – 1) Estimer la prévalence et la fréquence du dépistage du diabète gestationnel (DG) en 2012 en France, en population générale et chez les femmes à risque, après la publication fin 2010 de nouvelles recommandations de dépistage ciblé sur facteurs de risque, 2) décrire la prise en charge pendant la grossesse des femmes avec DG et les caractéristiques de leur enfant à la naissance.

 


[ Voir en détails ]

Veille scientifique avril 2016

Recherche / 2016-04-28
 
1. Refonte de mangerbouger.fr 

« Une nouvelle version de mangerbouger est en ligne depuis mi-janvier.

Parallèlement à ces changements techniques et esthétiques, les contenus du site seront progressivement modifiés pour prendre en compte les futures recommandations de l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) sur les repères nutritionnels. »

 

2. Nutrinet bébé et diversification alimentaire : dossier de presse sur les résultats de l’enquête de la SFAE

 

3. « RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) 2016/127 DE LA COMMISSION du 25 septembre 2015 complétant le règlement (UE) no 609/2013 du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne les exigences spécifiques en matière de composition et d'information applicables aux préparations pour nourrissons et aux préparations de suite et les exigences portant sur les informations relatives à l'alimentation des nourrissons et des enfants en bas âge »

 

4. EFSA : avis positif sur l’ajout de sucralose dans les aliments destinés à des fins médicales pour les enfants en bas-âge

 

5. Loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire

Publiée dans le JO du 12 février 2016

Le texte inscrit dans le code de l’environnement une hiérarchie de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Les actions seront mises en oeuvre dans l’ordre de priorité suivant : prévention du gaspillage, utilisation des invendus par le don ou la transformation, valorisation destinée à l’alimentation animale, utilisation à des fins de compost pour l’agriculture ou la valorisation énergétique par méthanisation. Cette hiérarchie a vocation à s’appliquer des producteurs aux consommateurs.

Le texte interdit la javellisation des invendus encore propres à la consommation. Les moyennes et grandes surfaces ne pourront plus rendre les invendus impropres à la consommation et devront conclure des conventions avec des organisations caritatives. Les distributeurs disposeront d’un délai d’un an à compter de la promulgation de la loi pour proposer à une ou plusieurs associations de signer une convention de don.

La lutte contre le gaspillage alimentaire fera partie de l’éducation à l’alimentation durant le parcours scolaire.

 


[ Voir en détails ]

Exposés de la JE du CEDE du 18 mars 2016

Recherche / 2016-04-20

Voici les exposés présentés à la 20ème journée d'étude du CEDE dont le thème était : "les hypersensibilités alimentaires chez l'enfant".

Ces exposés sont accessibles à toutes personnes membres du CEDE.

[ Voir en détails ]